Parrainage : Pourquoi tous les recours déposés avant le 12 janvier risquent d’être rejetés

Read Time:1 Minute, 10 Second
Durant les vérifications de parrainages, des candidats ont déposé divers recours afin de contester pour la plupart leur élimination de la course à la présidentielle. En outre, un groupe de 27 candidats a déposé une requête pour demander la reprise même de la procédure de vérification des parrainages. Toutefois, ces recours risquent de ne pas être étudiés.
 
La réclamation est un droit dont dispose tout candidat à une élection. Elle est encadrée par l’article L127 du code électoral. Le texte dispose : « Les réclamations doivent parvenir au Conseil Constitutionnel avant l’expiration des quarante-huit heures qui suivent le jour de l’affichage de la liste des candidats ».
 
Le Conseil constitutionnel va arrêter et publier la liste provisoire et c’est après la publication de cette liste provisoire que les réclamations pourront se faire.  Ladite liste des candidats ayant réussi le test du parrainage sera publiée ce vendredi 12 janvier. Les candidats auront par la suite 48h pour déposer des réclamations. 
 
Les requêtes déposées avant cette date risquent d’être considérées comme « prématurées » par le Conseil Constitutionnel. En 2019, le candidat Thierno Alassane Sall était dans cette situation. Son recours déposé avant la publication de la liste provisoire avait été rejeté. Toutefois, les sages sont dans l’obligation de se prononcer sur les recours déposés durant les 48h après la publication de la liste et avant la publication de la liste définitive prévue le 20 janvier. 
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post CAN 2023 : Les autorités gambiennes fixent une condition pour s’envoler vers la Côte d’Ivoire
Next post Israël a « poussé les Gazaouis au bord de la famine », accuse l’Afrique du Sud