Kaolack : La libéralisation du secteur de la ferraille est le plaidoyer de Kaolack.

A quelques heures de la rencontre qui devrait se tenir, ce samedi, entre le Chef de l’Etat et les acteurs de la ferraille. A Kaolack, le responsable des ferrailleurs de Kaolack par ailleurs membre de la fédération nationale de ce métier du Sénégal, Nazir Thiam était face à la presse pour parler des problématiques auxquelles sont confrontées leur secteur.

« Le secteur de la ferraille est en train de créer d’emploi surtout pour le maintien des jeunes à l’immigration clandestine et au banditisme. Ici dans mon atelier j’ai plus de 7 employés directs sans compter les employés indirects . Parmi ses employés il y a même des bacheliers non orientés et des anciens militaires, tous ces derniers gèrent des familles. Cela veut dire que nous luttons contre le chômage » a déclaré Nazir Thiam.

Au delà de la création d’emploi, il souligne qu’ils participent pour la protection de l’environnement. Le commerce de la ferraille est un secteur autour duquel gravitent des milliers de personnes. Malheureusement depuis quelque temps, des difficultés ont déstabilisé ce secteur au grand dam des ferrailleurs qui enregistrent des maux. Face à toutes ces problématiques l’ex- ministre du commerce Assomme Diatta a très tôt compris le rôle que joue ce secteur. C’est pourquoi elle a commencé de mettre des programmes pour le bien être des ferrailleurs. A cet effet, il lance un plaidoyer à l’État du Sénégal de ne pas accepter la proposition des industriels par rapport à la mise en place des points de vente dans les régions et invite à l’actuel ministre du Commerce de ne pas suivre ces derniers dans leurs démarches si toutefois accepter le pays va connaître la hausse de taux de chômage et favoriser l’immigration clandestine ce qui va encore enregistrer de pertes de vies humaines.  » Nous plaidons à ce que l’État accepte les Indiens de venir investir pour l’intérêt de tous les ferrailleurs et à ce secteur soit libérale », plaide-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post UCAD: La lessive, un métier moussant dans le temple du savoir.
Next post Gorée: Symbole de la mémoire de la traite négrière en Afrique