Kaccor : assourdissant silence

Kaccor : assourdissant silence

Bon, on peut rêver à des lendemains qui chantent. Ce n’est pas interdit puisque nos autorités entretiennent l’espoir. Les gendarmes de l’économie internationale viennent de délivrer leur satisfecit au gouvernement de ce charmant pays pas comme les autres. Ça, on le doit particulièrement à nos belles femmes. Allez, circulez ! Ce satisfecit du Fonds Monétaire International est tellement du baume au cœur que l’Astre national l’a mis à sa « Une » d’hier. Ce qui nous éloigne des sempiternelles querelles sur les chiffres. Bien entendu, c’est quand ça n’arrange pas nos gouvernants qui voudraient que tout roule. Sauf que tout ne roule pas et le Chef semble être si loin de son peuple qui traverse une grave crise. Ce, sans compter ces fréquents accidents comme l’incendie du plus grand marché de la ville sainte de Touba. L’émigration irrégulière, n’en parlons pas. Il règne une grande et belle cacophonie. Chacun voulant y mettre son grain de « science ». Et quand ils l’ouvrent, ça devient une bombe frelatée comme hier avec le patron d’une agence qui y est allé de ses analyses boiteuses et en tirant sur une jeunesse qui ne rêve que de quitter le pays de manière frauduleuse. Une avalanche verbale qu’expliquerait l’échec de l’emploi que le Gouvernement refuse justement d’admettre. En ces moments si difficiles de la vie de la Nation, ces moments si troubles, il est du devoir de ceux qui entourent le Chef de lui conseiller de parler à son peuple. Ça aurait le don d’apaiser les cœurs et faire taire les passions. Mais son silence si assourdissant donne mille interprétations. Il n’a pas le droit de se taire pendant que tout est sens dessus dessous. Même chez son nouvel allié qui s’est mis à chercher des poux sur la tête de celle qui fut le héraut de la réédition des comptes. Pas de doute, ça sent le désordre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.