Goudomp: le centre de formation professionnelle inachevé

Quatre ans sans que le centre de formation professionnelle de Goudomp ne sort de terre. Entamés depuis 2018, les travaux de construction dudit centre sont à l’arrêt. Et pourtant dès le début, l’idée de valorisation de l’emploi des jeunes dans le département

avait suscité beaucoup d’espoirs et de lueurs chez les populations. Mais hélas, jusque-là, ça peine à éclore. A s’y flâner, on découvre un bâtiment décoloré devenu refuge des petits ruminants et dortoirs d’insectes et de mouches.

Interpellée sur l’état délétère de ce qui devrait être un joyau structural, la première adjointe au maire de Goudomp, Khady Diallo soutient : « C’est un projet de l’Etat depuis 2018. nous attendons comme tout le monde la fin des travaux. Nous n’avons aucune idée de la cause de l’arrêt des travaux. Le défunt maire Abdoulaye Bosco Sadio avait envoyé une trentaine de jeunes pour subir une formation à Diamniadio ces derniers on leur diplôme mais le centre n’est pas achevé ».
A ce titre, elle lance un appel à l’Etat pour terminer au plus vite ce centre dont la construction devait s’étaler sur 6 mois.

Accroché à la mairie de Goudomp, le conseiller municipal Doudou Mapaté Ndiaye embouche la même trompette. Il fustige tout haut : « Ce centre qui n’est pas achevé nous décourage parce qu’on a envoyé des jeunes à Diamniadio subir une formation dans plusieurs domaines à savoir la menuiserie métallique, le carrelage, le coffrage l’électricité, la maçonnerie, l’agriculture etc. Après le décès du défunt Maire Bosco l’Etat a envoyé le nouveau Maire vieux Malang Cissé en mission pour faire l’état des lieux. On a pris des photos et envoyé mais jusqu’à présent rien n’est fait ».

Ce centre de Goudomp aurait permis, selon lui de terrer beaucoup de jeunes qui émigrent clandestinement et serait une réponse contre le manque de formation professionnelle dans la capitale du Balantacounda.

Paulette Carine Sagna

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Kaolack : Ce qu’a promis le directeur du CROUS.
Next post Dakar : Des universitaires se prononcent sur l’investissement des pays post Covid- 19