Goudomp : Des rizières menacées…

Les années précédentes, les femmes chantaient pendant la période de moisson. C’était un moment de joie dans les rizières. Les pluies étaient abondantes ce qui favorisait les bonnes récoltes. Les rizières sont toujours envahies d’eau. Cela permet aux femmes de commencer très tôt le travail. A partir du mois de décembre, c’est la rentrée des récoltes. Cependant,avec le changement climatique rien n’est plus comme avant.

Khady Sadio, habitante du quarter Hamdallah de Goudomp, trouvée dans son petit lopin témoigne:

« On travaille plus pour gagner moins. Aujourd’hui nous rencontrons beaucoup de problèmes; l’avancée du sel, le retard de la pluie avec une quantité insuffisante, la divagation des animaux. Certaines rizières sont abandonnées à cause de la salinisation. Avec leurs moins limités,les femmes font des sillons pour retenir l’eau.»

Pour sauver ces rizières, il faut construire des digues anti-sels. Avec ces installations, beaucoup de rizières seront récupérées. Une politique participative forte et adéquate doit être mise en place afin de solutionner définitivement ce fléau.

Malang MANÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Goudomp le déficit de tables bancs hante le sommeil des chefs d’établissements
Next post Texte de l’ancien journaliste de la TFM, Barka Ba sur le nouveau dirigeant du Burkina Faso