Dakar : Des universitaires se prononcent sur l’investissement des pays post Covid- 19

Investir pour un monde en commun, le rôle des banques publiques de développement. C’est le thème de la conférence organisée ce vendredi à l’auditorium Khaly Amar Fall de l’ Université Cheikh Anita Diop de Dakar. Une conférence animée par Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence française de développement ( AFD).

Selon M. Rioux, le thème est un enjeu pour tous les pays en développement en terme de financement.

Face à l’urgence des besoins d’investissements aggravés par la COVID, la crise ukrainienne et le changement climatique, déclare-t-il. Poursuivant que cette crise semble frapper tous les pays du monde, provoquant des causes conjoncturelles et structurelles. C’est pourquoi, l’aide publique au développement est nécessaire pour traiter cette situation.

Sur la question, comment faire pour développer un monde face à une périphérie de pauvreté? Des esquisses des réponses ont été données par des universitaires.

Beaucoup de sommités, d’universitaires et d’étudiants ont pris part à cette conférence, notamment le professeur Amadou Aly Mbaye, Recteur, l’ ambassadeur de la France au Sénégal, Phillips Lalliot, Ibrahima Sarr, ancien ministre du budget.

Pour rappel, l’Agence Française de développement intervient en Afrique depuis plusieurs décennies. C’est ce qui explique son intervention dans le développement structurants des pays en Afrique a martelé l’ancien ministre sous Wade.

Dans un monde bouleversé par une multitude de crises, le rôle de ces banques devraient consister d’abord à stabiliser le développement économique pour un monde émergent, ensuite

participer à combattre le réchauffement climatique et les gaz à effet de serre.

La pandémie Covid-19 a augmenté les besoins en terme de financement dans les pays.

L’aide des banques publiques au développement est important. Mais,

l’Afrique doit prendre en charge son propre destin selon Ibrahima Sarr.

Parlant du Sénégal, l’ex ministre du budget estime qu’il urge de réfléchir sur le développement des pays du monde en affirmant que  » Le Sénégal n’a pas un problème de ressources. Mais le pays a un problème de planification des ressources.

Malang MANÉ ( Correspondant à Dakar)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Goudomp: le centre de formation professionnelle inachevé
Next post Kaolack,: Le Préfet de Kaolack interdit la marche des Karimistes.