Contribution

LES  CONQUÊTES ET BATTAILLES  ÉLECTORALES D’HIER À NOS JOURS. L  URGENCE  D UN LARGE  FRONT   PATRIOTIQUE ET RÉPUBLICAIN POUR LA CONSOLIDATION  de l’état de droit et du respect de nos institutions.

L’histoire politique au Sénégal, certes est jalonnée, de situations de violences séquentielles, suivies de morts d’hommes le plus souvent à  des moments surtout liés à  des contestations de résultats proclamés,  mais ,était surtout encadrée,dans les limites ,d’un état républicain, qui a su résister aux soubresauts des dérives,grâce, au socle de nos institutions reconnues ,par les protagonistes en compétitions, La stabilité du pays,et la cohésion nationale, s’imposaient comme des « murs » infranchissables.

Mis à  part, la grève de 1968,et les événements  de 1988,et 1992,.la situation du pays pendant,les époques  électorales,marquées  par les incohérences  du code électorale ou de la polémique liée au  contentieux  électoral ,était quasiment calme sur toute  l’étendue du territoire.

C est d’ailleurs  dans cet état d’esprit, que la classe politique de l opposition de  l’époque ,dans un élan de sursaut patriotique, à pesé en 1989,pour éviter une deuxième  année blanche,qui se dessinait sous nos yeux, alors que le gouvernement, que nous combattions était impuissant, face,à  l’engagement des syndicats,

Les événements  regrettables de notre crise diplomatique avec la Mauritanie, constituaient,une occasion pou feu Amath Dansohko(paix et sa lut à son âme),de lancer le fameux appel à un large rassemblement, qui a vu s’installer  le gouvernement de la majorité présidentielle du Président Abdou Diouf en 1993.

Ce bref aperçu de notre histoire politique, est une boussole, pour mieux  analyser les faits saillants  d’aujourd’hui, qui rythment notre jeu politique .Quelle est la stratégie de notre  opposition actuelle ? Quels sont les procédés du pilotage de sa ligne d’action ? Quel est le programme alternatif  proposé, et débattu,qui constitue  l’élément  central constitutif,de la conquête démocratique du pouvoir ?

Quelle est l’idéologie centrale  de son orientation politique ou à défaut la référence  historique, d’appui?

Face à  ces interrogations, ayons le courage de constater, que le réponse est négative. Son seul objectif, c’est le départ, du Président macky, Sall,,qui ouvrirait le « paradis « à tous les sénégalais, qui seront alors   riches, avec des emplois  pour tous les jeunes.,des hôpitaux dans tous les villages,,….      Voilà  le système virtuel  chimérique, de proposition,comme programme alternatif

Pour y arriver, il faut  utiliser un discours populiste,s’appuyer sur la conscientisation  des couches juvéniles, et adolescentes fragiles ,dont la posture psychologique, demeure la défiance à  l’autorité ( les psychologues de l’enfance ne me dementiront pas). quelle soit parentale, spirituelle, ou temporelle.,par la manipulation ,la désinformation ,les insultés et injures .

L’heure est venue au retour  à  l’orthodoxie républicaine et démocratique de la conquête du pouvoir .Les enjeux ,la complexité  de l’environnement  géopolitique  mondiale  et les réelles menaces qui pèsent  sur les pays du sahel et sur notre pays eu égard  aux perspectives économiques, bien connues imposent à  toute la classe politique, à  tous  les hommes et femmes, aux intellectuels, et aux leaders d’opinion, soucieux du développement de notre pays et épris de justice et de sens patriotique ,par éthique et surtout par responsabilité,à créer  les conditions objectives d’un dialogue  fécond,,pour préserver notre stabilité nationale,et barrer la route aux ennemis de la République et aux fossoyeurs de notre marche  irréversible vers l émergence, en prenant en compte la pleine mesure de notre diversité et de nos contradictions  pour un Sénégal de paix ,d’unité et dans le respect scrupuleux  de noos institutions et des décisions rendues.

Notre combat politique, ,quelque soit l’enjeu de la conquête du pouvoir,doit avoir comme objectifs, en amont comme en aval,la préservation  de notre unité nationale et notre intégrité.

Je suis convaincu, que le Président  de la République Macky Sall, garant des institutions, porterait une oreille attentive à une telle perspective

J’en appelle à  la maturité de toute la classe politique, ,à  sa responsabilité  et à une prise de conscience élevée de la complexité  des enjeux conjoncturels.

Vive le Sénégal

Vive la République

Pour un Sénégal émergent,et

prospère, dans la stabilité et la concorde

nationale.

OUSMANE GUEYE PCA CICES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous post Le CESTI rend hommage à Eugénie Rokhaya Aw : Son amphithéâtre porte le nom de la dame
Next post Direction APS : L’ancien journaliste de la RTS, Thierno Amadou Sy remplace Thierno Birahim Fall